Herri Urrats

Publié le par Dia

Mon ordinateur va t-il me laisser le temps de bloguer à la fin ? En gros, j’ai dix minutes à peine pour tout faire, relever quelques mails et bing ça replante. J’ai eu bien sûr quelques réflexions : « moi, mon linux, il n’a jamais planté » ou encore « achète un Mac ».  J’en passe et des horreurs. M’en fous. Mon ordi est claudiquant, certes. Il y a une loi des équilibres. Tu perds un truc, t’en retrouves un autre. Cette semaine fut un ouragan, un Sturm und Drang et j’ai résisté, je me suis arcbouté, j’ai tenu et j’ai gagné au change. Les laminak sont venus à mon secours. Ils m’ont visité plusieurs fois cette semaine. Ils m’ont apporté un joli carrosse, une belle mécanique de 16 ans d’âge, avec un toit ouvrant et plein d’autocollants d’Ikastola, une aubaine, un signe d’amitié qui m’a touché profondément. Et puis les laminak sont encore revenus. Sans prévenir. Au dernier moment. Ils m’ont envoyés la troupe à la maison : des cuisiniers, des charmeuses, des troubadours et même des mélomaniaques...

 

 

 

On a chanté, on a bu, on s’est étreint. Bref, comprennent qui peuvent, le 5 mai fut effervescent, le 6 mai cyclonique, le 7 mai fut un anniversaire et le 8, aujourd’hui, les laminak nous invitent tou(te)s à Herri Urrats, où dit-on il y aurait un RV de bloggers, vers 16 heures, pour écouter Kepa Junkera.

Putain, fais chier, si cette semaine je retrouve mon ordinateur je vais perdre quoi ? Je peux décider ?

 

Commenter cet article

Le plébéien bleu 10/05/2005 22:03

Bonsoir,
Alors comme ça nous nous sommes peut-être croisés à Herri Urrats ! q:o)
J'étais aussi devant la scéne pendant le concert de Kepa Junkera avec ma compagne et une amie (et ses deux fillettes) à danser comme des déchainés. En plus la météo nous a offert une belle éclaircie ! Vraiment une superbe journée.
Au fait, c'était quoi ce rendez-vous de bloggers ? Une communauté de bloggers bayonnais ou basques serait-elle en train de se constituer ? Vous seriez sympa de me tenir au courant car a priori, je pourrais être intéressé.
Amicalement,

Le plébéien bleu