Arithmétique officielle : - 48% de mieux...

Publié le par Moris Dia

20mn - Bordeaux  rapporte la satisfaction du Préfet devant le bilan « excellent, voire inespéré » des Fêtes de Bayonne 2007 :  seulement 1 mort, deux plaintes pour viol, trois pour agressions sexuelles, deux blessés graves (mais sous l'emprise de l'alcool), 160 faits de délinquance, 132 suspensions immédiates de permis (sur 8 600 contrôles d'alcoolémie effectués).
Le Monsieur décédé d'une crise cardiaque a donc été écarté du bilan (comme ce jeune homme tombé d'un pont en 2005, mais en dehors du périmètre des fêtes), fait qui n'a
visiblement pas été imputé à quelconque débordement festif.



A titre personnel, je pourrais rajouter une belle bagarre d'un bon quart d'heure à 6 contre 6, rue des Tonneliers, le mercredi soir, mais
pour rire, et hors périmètre de surveillance.

Je m'interroge surtout sur le phénomène de polyurie généralisé, avec des débits individuels constatés supérieurs à 2,5 litres par période de six heures, ce qui, d'après les premières estimations d'experts-festayres pourrait, pour l'édition 2007, conduire à l'établissement d'un record officieux d'environ 3 250 000 litres d'urine déversés à 85% sur les murs de la ville. Les 15% restants se  répartiraient à parts égales entre sanisettes mobiles, bars, évapo-transpiration naturelle et direct-Nive sans canalisation intermédiaire, le tout finissant, hélas, par marées successives, sur les plages d'Anglet et de Biarritz, ce que, ni vigicrue, ni la Surfrider Foudation (qui cherchait du pognon, hier, dans les rues de Bayonne, pour financer ses campagnes d'analyse - les fameux pavillons noirs) ne sont encore véritablement capables d'évaluer.
Je rechigne toujours à me laisser convaincre que le Maire puisse tenir jalousement à ce malodorant palmarès, qu'il aurait jeté l'éponge depuis belle pissette, que l'épandage appartienne à la tradition, non, je n'y arrive pas.

Nunquam polluta

Bref, nous sommes bien plus que Champions du Monde de Paquito Chocolatero... D'ailleurs, il semblerait qu'à force de pisser, nous évacuions un peu vite ce record bulgare de la Saint Boris, le 2 mai 2005, qui rassembla 11 800 festayres dans un mémorable khoro artistique géant, qui, à la vérité, n'est  toujours pas prêt d'être battu (voir la video)...

[Edit du vendredi 10 août] : lire aussi, dans le JPB, un bilan globalement excellent... Dans Sud Ouest : rien n'était gagné.

Publié dans Fêtes de Bayonne

Commenter cet article

Stomp 28/08/2007 22:08

C'est comme ça tous les samedis matin après le marché : tout dans la Nive ! Personne n'est dupe...Hélas.

hanastoa 28/08/2007 14:44

Outre ce fleuve urique né de millions de sources qui se jette dans la Nive, j'ai constaté un matin très tôt (heu... ou un soir très tard :) ) que les services de nettoyage expédiaient avec leurs souffleurs les verres, gobelets, les matières plastiques ou biologiques dans notre bonne rivière...A la vue de ces icebergs bigarrés, entremêlas de polychlorure de vinyle, de polystyrène et autre polypropylène, un de mes comparses m'a rassuré avec malice: "t'en fais pas, après avoir nettoyé les quais, il nettoieront la Nive !"

Mains propres 12/08/2007 10:33

Ca doit être dans la culture... Hier soir encore dans le Petit Bayonne, 4 types et une jeune femme bien apprêtée discutaient le verre à la main devant une cidrerie. Tout à coup 2 des types se retournent, font dix mètres pour aller pisser contre un mur, reviennent en se rebraguettant naturellement devant la JF qui ne bronche pas, reprennent leur verre, et, genre la classe, font signe à la JF de passer devant pour entrer dans la cidrerie.

soleil 12/08/2007 10:12

Sur cet article les commentaires ne fusent pas. Apparemment on admet l'inadmissible.