La sanction médiatique de Bayrou

Publié le par Moris Dia

[via Sud Ouest] : le quotidien régional révèle, ce jour, son à l'appui, pourquoi Bayrou ne veut plus entendre parler de Sarkozy. Un OFF de Sud Ouest, qui sonne comme un appel à tous les électeurs oranges ?

Publié dans Politique

Commenter cet article

Filomeno 28/04/2007 22:04

bayrou......sous- marine du PS?

Ca va tout faire péter 27/04/2007 16:37

Incroyable, l'élection présidentielle risque de basculer sur cette histoire folle de débat prévu-annulé-maintenu  :
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/elysee_2007/20070427.OBS4405/debat_bayrouroyal__la_polemiqueprend_une_ampleur_consid.html

oups ! 26/04/2007 20:57

Déclaration de Jack Lang sur l'annulation du débat devant avoir lieu sur Canal + Sans avoir alerté Ségolène Royal ni François Bayrou, Canal Plusannonce unilatéralement la suppression du débat prévu entre elle etFrançois Bayrou.La chaine invoque des règles d'égalité édictées par le CSA.Cette affirmation est exactement contraire à la lettre adressée parMonsieur Michel Boyon le 24 avril à Monsieur Patrick de Carolis, danslaquelle il est dit qu'un temps équivalent doit être accordé dans lamesure du possible, à l'autre candidat. Il aurait suffi à Canal Plusde proposer à Monsieur Sarkozy, un droit d'expression correspondant.C'est une atteinte intolérable à la liberté d'information.Manifestement des pressions politiques sont exercées pour empêcher cette libre confrontation entre deux personnalités nationales. L'état Sarkozy se croit déjà tout permis.J'élève la protestation la plus vigoureuse et demande au CSA d'enjoindre à Canal Plus de respecter les règles édictées par sonPrésident lui-même.

Sur Canal 26/04/2007 15:33

Le débat proposé par Ségolène Royal à François Bayrou pour clarifier leurs points de convergence et de divergence aura lieu samedi sur les chaînes du groupe Canal+...
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-902394,0.html?xtor=RSS-3208

Dia 25/04/2007 16:56

[Notes prises pendant la conférence de presse] : pas de consigne de vote (pour l'instant) : "les citoyens sont, en conscience, libres de leurs choix". Il voit des inconvénients dans les deux camps. Un peu moins dans un.  Il acccepte le débat télévisé avec SR. Sarkozy ne lui a pas proposé, mais il l'accepterait aussi. Il attendra aussi le débat final entre les deux candidats pour peut-être donner une consigne de vote. Il conspue le CSA et son sondage d'avant premier tour. Ce qu'a publié SO ce matin s'est fait sans son assentiment. Va créer le Parti Démocrate. Comprend les pressions dont sont l'objet les députés qui l'entourent. Pense qu'il y a des ressemblances entre Berlusconi et Sarkozy. Pense que les fondamentaux de Sarkozy en économie ont dérapé jusqu'à l'échelle mobile des salaires et la promesse de baisse des prélèvements obligatoires (cite article d'économistes dans le figaro du jour). Est en grave contradiction avec SR sur son programme économique (que des solutions d'Etat). Ses inquiétudes sur les 2 candidats sont plus aigues dans un cas, plus chroniques dans l'autre. S'il y a des corrections fortes de la part de l'un ou l'autre candidat, il en tiendra compte. Gilles de Robien est "de la fausse monnaie" (!). Son ambition "n'est pas de participer à un gouvernement (ni de faire carrière) mais d'aider à la reconstruction de mon pays". A l'intention de présenter partout ("plus que jamais") des candidats aux élections législatives. A proposé 50% de dose de proportionnelle, "une dose correcte".
A choisi exprès les formules de son discours pour que les journalistes et nous, électeurs, puissions exercer nos talents de déduction...