Que se serait-il passé ?

Publié le par Moris Dia

... se demande Mohsan [à propos de Georges Frêche], écœuré.  

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bixan de Lizarazu 20/11/2006 07:18

Traduction, svp !q:o/

Pagnol 18/11/2006 11:18

-[:-(
Virer ce croquignol du service ! Sinon tous les nouveaux adhérentignols rentrent chez eux !
> Bixan, trop fort !> Mohsan, joli blog de soutien à sa cause
=> lui appliquer sa mathématignolle minable et nommer une jeune femme méditerranéenne multilinguignolle, intelligentignolle de service.

Bixan de Lizarazu 17/11/2006 22:45

Mouais ça m'agace plutôt cet "exercice" qui consiste à rappeler, à chaque fois qu'il est question de racisme, l'exemple juif, l'exemple unique, la seule référence… Bref, je ne vais pas prendre le risque de me faire traiter d'antisémite... alors, bien sûr, sur le fond, il est évident que ce genre de déclarations vraiment pas frêches du tout est insupportable, inacceptable, condamnable, et caetera et crescendo. Il en va ainsi pour tout ce qui relève de ce que l'on appelle le "racisme ordinaire",  le «bruit et l’odeur», tout ça… car en l'occurrence, même si il est s’agit ici d'un élu, d'un politique de renom, responsable de premier rang, la véritable question, le problème fondamental réside dans la réponse à donner pour désamorcer ces arguments qui s'insinuent si facilement dans les cerveaux ordinaires (dans le mien comme dans le tien, camarade). Ben oui, c’est vrai, quoi, sur 60 millions de Français, il y a combien de noirs, 2-3 millions, à tout casser… sans compter les clandestins, évidemment, ah-ah-ah-ah… Au prorata ça ferait même pas un remplaçant en équipe de France… Ouais, du simple bon sens, du calcul mental, pas du racisme, hein, surtout pas du racisme. A part que, la réflexion sensée elle n’a de sens, là, que parce que sur un terrain de foot, le noir ça ressort vachement sur le vert de la pelouse. Tiens, ça me rappelle, à une époque pas trop lointaine encore, il y avait un Basque en équipe de France. Un Basque sur onze. Soixante millions divisé par onze, ça fait combien, euh, 5454545… euh même avec le Pays basque sud, qui est Espagnol, en plus, on est à peine la moitié… et si on compte que les Français, disons dans les 230000, et 100000 à tout péter si on peaufine le prorata au niveau de ceusses qui sont réellement Basques, Basques d’origine, 100 % bouffeur d’ardi gasna. Et si en plus on considère le fait que le footballeur en question était surfeur, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a eu grave et concomitante surreprésentation. Très franchement, s’il avait été Biarrot au lieu d’Hendayais, en sus, ma remarque sombrerait totalement dans le ridicule.
Bon, ceci dit, bien évidemment, tenter de tourner le «racisme ordinaire» en ridicule ne peut malheureusement suffire. Il faut le dire et le répéter sans cesse, ne jamais baisser la garde, ne jamais laisser une attaque raciste sans riposte : Lizarazu n’a jamais été le «basquignol de service» en équipe de France, jamais.