Bayonne à vendre

Publié le par Moris Dia

Tendu, le conseil municipal d'hier soir. Mais que faire ? Les choses étaient entendues, au point que les Verts et les Socialistes de Bayonne, abasourdis, avaient décidé en urgence d'organiser une conférence de presse la veille, mercredi après-midi. Au menu du Conseil municipal : une série de délibérations proposées au vote des élu(e)s, dont quatre, en particulier, soulèvent la fronde de la gauche bayonnaise : la majorité a voté, sans aucune concertation préalable, ni mise à disposition d'aucuns documents d'information et sans appels d'offres, la vente d'une partie du patrimoine bayonnais au profit d'opérations privées de promotion immobilière. Dénonçant le manque flagrant d'idées et de vision pour le développement de la ville, les élu(e)s s'interrogent également sur la réelle finalité de ces « cadeaux » qui pourraient n'être que la conséquence d'une mauvaise gestion financière et d'investissements hasardeux répétés.
Bayonne est endettée ; la dette par habitant atteignait en 2005 un record de 1 313 € par habitant, d'1/3 supérieure aux villes de même taille. Le capital de la dette est ainsi passé de 39,5 à 54,8 millions d'€ de 2003 à 2005. Cette situation, qualifiée de dérive, justifierait t-elle de renflouer les comptes, en bradant le patrimoine historique de la ville, demandent les élu(e)s ?  « Chaque jour amène son lot de projets auxquels le Maire renonce dès le lendemain »  soulignait Colette Capdevielle (PS). « Comment accepter, que l'on donne mandat à des promoteurs privés pour imaginer des projets pour sa ville », s'étonnait Martine Bisauta (Verts) ? ! !  Par ailleurs, les élu(e)s déploraient que les bayonnais(e)s ne soient pas informés de ces volte-faces politiques permanents et qu'aucune transparence n'existe sur la plupart des projets. Bref, ils sonnaient l'alerte et appelaient les citoyen(ne)s à s'unir autour d'eux pour refuser le fait accompli.

[Télécharger] : les délibérations 2 à 10 soumises au vote du Conseil municipal (pdf, 1,8Mo).

Mais à quoi bon parler de démocratie participative quand elle n'est même pas consultative ?
Sur le Vauban, par exemple, très peu d'informations ont circulé. La ville ne savait plus quoi faire de l'ancien cinéma et n'avait plus d'idées. Le Maire avait d'abord annoncé, rassurant,  en février 2003, la création d'un centre de congrès et de petits séminaires. On pouvait y soupçonner un début de vision. Le diagnostic était un manque d'équipements structurants sur le plan culturel comme sur le plan économique, Bayonne ne possédant aucun moyens de concurrencer le monopole de Biarritz sur tout un éventail d'activités qui lui échappent  aujourd'hui. Ainsi, le projet d'un petit centre de réunions et le réaménagement de la Place des Basques avec la construction d'un hôtel et d'un parking souterrain étaient envisagés.
En juillet 2005, le projet fut annulé. Sans que les conseillers municipaux n'obtiennent d'étude sur laquelle s'appuyer (le bâtiment serait inutilisable), la majorité municipale décidait de lancer un concours de promoteurs privés, pour trouver une idée... Puis, plus d'infos ! Un « comité d'analyse des offres » ad hoc du concours fut constitué (aucuns conseillers municipaux d'opposition ne furent conviés) et, à la va-vite, une enquête publique fut pondue dans l'anonymat à la fin de ce mois d'août. Verdict ? Les riverains l'apprendront dans les journaux et constateront stupéfaits que l'affaire est close. Au dernier salon de l'habitat bayonnais, Kaufman & Broad proposait déjà à la vente des appartements de privilège à 6 000 € le m² (pour les plus bas étages). Le parking du Vauban fut ensuite grillagé.

Puis les conseillers municipaux reçurent les textes des délibérations soumises au vote : 1) déclassement du domaine public communal du parking Vauban 2) cession du terrain (5 millions d'€) et autorisation de déposer permis de démolir puis de construire.
Le Conseil municipal a voté hier soir : les représentants des riverains, présents dans le public, ont assisté, médusés, à la formalité démocratique. En quittant la salle, leur porte-parole en a dérapé sur le parquet glissant et s'est cogné la tête sur un plot amovible. Bilan : courte interruption de séance, une (très) grosse bosse, un choc et 20 minutes de récupération avec une poche de glace sur le crâne. [j'espère que cela va bien, cher Monsieur ? Si vous souhaitez nous informer de votre point de vue, le blog vous est ouvert].

Et les autres délibérations ? Je n'ose en parler... Vous êtes assis, vous êtes prêts ? Vous aimez Bayonne ? Vous le voyez ce bel édifice, bord de Nive, dit « Maison Lauga », abritant le Museum d'histoire naturelle, un peu après l'Aviron Bayonnais, avec de beaux jardins, une allée classée ?  => consultation de promoteurs => projet d'habitat et/ou hôtellerie-para hôtellerie.
Les anciens bâtiments de l'Ecole Aristide Briand ? => déclassés du domaine public et vendus aux enchères 300 000 €. Un symbole.
Le parking Glain ? => déclassement du domaine public d'une partie du parking et bail à construction (redevance annuelle : 4 000€) à la SCI Aquitaine Sud Immobilière => un restaurant et une discothèque.

[Goodie] : écouter (mp3) comment se déroule un vote (ici, le vote pour l'école Aristide Briand).


 

[A me relire] : il fait un peu gauchiste sur le fond ce billet ! Mais hier le slogan "Plus d'idées, au privé" aurait assez bien résumé l'action politique. Ce qui m'interpelle surtout c'est la sensation d'entendre une République ancienne, la façon de voter me fait sursauter chaque fois, je n'arrive pas à m'y habituer, et puis le manque d'informations et leur plan de communication. On vit avec internet quand même ! Il pourrait y avoir du wi-fi gratuit partout dans cette ville ? ! Dans toutes les écoles ! On en est à un niveau où l'on ne sait toujours pas utiliser le mulot pour envoyer aux élus le document word des délibérations prévues : on distribue des photocopies ! Le B-A-BA de l'ordinateur municipal... C'est vraiment inquiétant. Il persiste un énorme décalage.
Sans ça : Mr Grenet a annoncé qu'il serait candidat aux prochaines municipales (il l'avait peut-être déclaré avant ?), j'ai failli oublier !

Publié dans Politique

Commenter cet article

Emilie 25/10/2006 11:54

Dans Sud Ouest du jour un article rapporte le point de vue du promoteur sur la Feria et quelques bribes sur la "Tête de pont Grenet".  Rien sur la démocratie et ce "non appel d'offres". Est-ce objectif sur les critiques ?

peyrot 25/10/2006 11:38

Bayonne à vendre

À travers ces ventes successives, la municipalité affiche un objectif clair, attirer à Bayonne des ménages aisés. Pour une fois Grenet n’offre aucune ambiguïté. Le pire est que nous ne sommes qu’au début de cette politique. Après les opérations de St Esprit (bord d’Adour), maintenant le Vauban et la maison Lauga, demain la tête de pont Grenet.
La lecture du PLU est intéressante à ce sujet, il y est affirmer la volonté de favoriser l’accueil de classes moyennes. Donc les projets immobiliers vendus à plus 6 000€ du m2 soit pour un T3 environ 420 000€ sont destinés aux classes moyennes. Il y a longtemps que Grenet n’a pas rencontré de ménages dit de classes moyennes, sinon il saurait que ces produits ne sont pas pour eux. Ou alors il se moque des Bayonnais.
Certains projets esquissés dans le PLU comme « les vallons » seraient-ils destinés à la même clientèle ?
L’objectif à court terme est certainement de remplir les caisses municipales, mais à long terme transparaît la volonté de modifier la composition sociologique de la ville par l’exclusion des jeunes ou des moins jeunes, salariés aux revenus modestes ou classes moyennes. Avec la volonté de mettre au diapason du reste de la côte basque une région réservé aux ménages aisés avec quelques quartiers « gettho de pauvres »
Peyrot

Dia 23/10/2006 08:53

Zut, chez moi, le son n'est pas terrible mais audible quand même. Désolé et merci de signaler, je ne suis pas bien équipé.

hanastoa 23/10/2006 01:26

Moris,
La bande son du vote concernant l'école Aristide Briand est si faible qu'outre quelques bruits improbables, on perçoit à peine la lancinance rocailleuse de la voix monocorde du Maire...
Amitiés,
hanastoa.