Adhérez, ré-adhérez qu'on vous dit !

Publié le par Robinson Crusoé


Cet arbre qui deviendra forêt


    Une tradition orale chinoise prétend que dans une province aux confins de la Chine actuelle, un arbre aux formes généreuses dont on a aujourd’hui oublié le nom servait de rendez-vous aux habitants de la région. Pour les besoins de la cause, appelons cet arbre Atalante !

    Autour de cet arbre, des relations se nouaient et des tensions s’apaisaient. Il était en quelque sorte le lieu dans lequel aimaient se rendre quiconque avait du temps à perdre et une vie à gagner, après les activités agricoles et harassantes. Cet arbre, par les fruits d’un hasard que personne n’arrivait à s’expliquer avait pris la forme plantureuse d’une femme. On prêtait à cet arbre un pouvoir érotique, aphrodisiaque. Les amants aimaient dormir à l’ombre de son feuillage sensuel et les enfants jouaient autour de son tronc rassurant, sentant que rien ne pouvait leur arrivait sous sa protection.

    De son temps, le rituel consistait à arroser cet arbre à la fin de l’été et au début de l’automne. Une année où la pluie avait été plus abondante qu’à l’accoutumée, ses feuilles avaient doublé et l’arbre était devenu plus majestueux que jamais. L’automne venu, la plupart des habitants rechignèrent à arroser l’arbre, estimant qu’il n’avait plus besoin de leurs offrandes. La saison suivant, l’arbre perdit toutes ses feuilles et ne présentait plus qu’un tronc desséché.

    Certes, la vie continue dans cette province, mais elle s’en trouve affadie. Un enfant, plus attristé que les autres par cette mort prématurée, demanda à son grand-père pourquoi l’arbre était mort alors qu’il y avait eu des pluies abondantes. Le vieillard lui répondit que l’arbre ne se nourrissait pas de la pluie venue du ciel mais de l’eau portée par le désir des hommes. C’est pour cela qui lui s’était rendu, comme chaque année au pied de l’arbre, versait un peu d’eau. L’enfant resta un moment interloqué puis alla remplir son arrosoir.

L’association Cinéma et Cultures

Publié dans Cinéma

Commenter cet article