Exposition à L'Atalante pendant la fermeture

Publié le par le plébéien bleu


Nous avions convenu qu’il commencerait à peindre ce printemps, il viendrait deux à trois soirs par semaine installer son chevalet à la taverne de L’Atalante, et puis peut-être aussi certains dimanches après-midi, pas toujours au même endroit, il bougerait, histoire de changer de point de vue mais en faisant toujours très attention à ne pas déranger, à ne pas gêner la bonne marche du cinéma. Peut-être que parfois il ne prendrait que des croquis, sur un carnet, au bout du comptoir, près de la machine à pression. Peut-être aussi que, certains soirs où il n’y aurait pas grand monde, le projectionniste lui donnerait l’autorisation de peindre dans la salle obscure… Il en rêvait, peindre dans l’obscurité, portraitiser des cinéphiles au hasard et à la seule lumière d’un vieux film en noir et blanc, comme une performance jamais encore réalisée avant lui…

 

Publié dans Arts

Commenter cet article