Que dire ?

Publié le par Moris Dia

Booouh ce Conseil Municipal… Le simple spectateur qui voudrait s’intéresser à la gestion de la vie municipale restera frustré. C’est mon cas. Il ira regarder la video d’Anglet et tentera quelques comparaisons. Pour le public moyen, il n’est actuellement pas possible de suivre et se rendre compte de ce qui se passe vraiment. La première raison est que l’ensemble des points à l’ordre du jour sont d’abord passés à la moulinette dans les commissions ; les commissions pondent des « notes analytiques » sur la foi desquelles sont votées en séance les décisions. Mais aucune note analytique n’est distribuée au public le jour du Conseil, ni n’est accessible en ligne sur le site web de la municipalité. Les conseillers municipaux d’opposition en ont bien une copie, mais une copie papier. Ils ne peuvent pas informer les citoyens du travail des commissions, des délibérations et des informations qui leur sont soumises à moins de tout retaper sur un ordinateur ou de disposer d’un secrétariat spécial qui serait chargé de la rediffusion. Exemple type : le budget des associations soumis au vote n’a pas été rediffusé par l’actuelle majorité municipale. On ne connaît donc pas le montant des subventions ni à qui elles ont été octroyées, à moins de se déplacer au Secrétariat et de faire une demande en règle. Bilan : le citoyen est passif. Il ne peut qu’assister à un débat de sous-entendus dans les commissions ou relever quelques piques ou bonnes phrases, qui lassent à la longue, car le citoyen aimerait surtout avoir des infos. Je remarque cependant que le conseiller municipal moyen d’opposition semble tout aussi démuni. Hier soir, par exemple, sur le point 5 de l’ordre du jour, Xabi Larralde (Baiona Berria) relevait qu’il existait au moins deux moutures de la note analytique, que des mentions avaient disparu et que du coup il s’interrogeait. Dans ces cas là, la réponse du Maire est sytématique : « vous savez aussi bien que moi, nous n’avons rien à cacher, je tiens tous les éléments à votre disposition,... il n’y a pas lieu de discuter », fin du débat, le public est dubitatif et on passe au vote. A Bayonne, à la différence d’Anglet, seule l’opposition est conviée au vote, c’est interloquant. La majorité municipale ne vote jamais. La procédure est réduite à une simple affirmation du Maire « et nous, nous votons pour ! ». Ce qui a conduit, lors du Conseil du 16 février dernier, à un échange pittoresque : Colette Capdevielle (PS) lâchait ironiquement : « le Roi a décidé ». Immédiatement le Maire rétorquait : «  Madame, Madame, si tous les Rois avaient été comme moi, on ne leur aurait pas coupé la tête ! ». Voilà pour l’ambiance. Qui est assez bonne, finalement, ne soyons pas bégueule. Quelques écarts aussi : la discussion, hier, sur la Taxe d’habitation fut naturellement contestée par l’opposition qui évoquait les taux dans les communes voisines ; l’adjoint aux finances s’est alors empêtré dans son comparatif avec Boucau, immédiatement repris par Martine Bisauta (Verts) et a tenté de couper court d’un trait machiste : « il fut une époque où j’aimais bien les boucalaises »… Je ne vous dis pas la huée !

Bref, pour qui aurait envie de s’intéresser à la vie bayonnaise, à une démocratie plus participative, il semble, qu’avant tout, un appel à plus de transparence et à une vraie diffusion d’infos est un minimum.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Sophie 03/04/2006 13:02

Attends mon pote, j'ai pas encore fait mon article à moi, mais ça va tcharcler ! Et Sud Ouest, alors, ils se moquent du monde ! Je réitère mon appel à m'appeler (je suis dans l'annuaire si tu te rappelles plus le n°) parce que toi qui est resté jusqu'au bout du conseil, j'aimerai quand même avoir tes notes sur le Contrat de Ville.

Nina Iker aita ama 03/04/2006 05:54

Charmant tt ça !!! Ceci dit, si le citoyen se considère passif, (malheureusement, c'est une réalité), à lui de se manifester : ya bien qqu'un(e) pr obtenir les infos papiers et les diffuser par un blog ou autre, non ? un p'tit blog : "le Conseil et les autres !" et de ce fait pimenter un p'tit chouia les séances du  zieur le Roi , lui et ses accolytes !